O

yez, oyez, bonnes gens, MissQ à une réclamation que dis-je une requête, une constatation, une information de la plus haute importance concernant la pérennité de notre espèce.

Le taux des adorables spermatozoïdes, lovés dans leur non-moins chéries peau de bête velus (ou non) de nos érectilo-phallocratus, a baissé de 50 %.

C’est une info capitale, en dehors du conflit Aubry-Royal, cela va s’en dire…

Justement, j’ai bien l’impression que c’est un peu de notre faute. Oui … nous, les délicieuses et inoffensives ovulo-romantiques, nous écrasons, broyons, moulons, … les bourses de ces méchants mâles qui nous ont pendant des siècles rabaissés, méprisés, délaissés, exploités, … .

Alors oui, la condition féminine a été, on ne peut plus maltraitées, cela dit à force de vouloir reprendre nos droits nous en arrivons à l’autre extrême. Celui de futures amazones sans fois ni lois, n’ayant absolument pas besoin d’hommes. Parce que nos ancêtres féministes, dites Amazones, n’allaient rendre visite aux hommes que pour procréer, alors qui si cela continue ainsi nous allons finir par ne plus avoir besoin d’eux du tout, du tout, du tout…

Perso, je trouve cela HORRIBLE !

Laissons une chance aux hommes de se remettre sur pied, de nous prouvez qu’ils sont capables de beaucoup. Qu’ils savent prendre des décisions, nous protéger, nous aimer tout simplement.

Dans notre chasse au pouvoir et à l’indépendance, nous ne nous sommes pas aperçu que nous prenions leur place dans la société. Nous leur avons tout pris, leur métier, leurs couilles, leurs idées, leurs études, leurs muscles (pour certaines), leurs emplois du temps, leurs femmes, … et j’en passe …

Alors ils ont finis par se féminiser, par vengeance ou dépit, je n’en sais trop rien. Ils nous ont piqués nos crèmes, que même les supers agents du Marketing ont élaborés des produits aux packagings « virils ». ils nous ont piqués notre place de mère, notre façon de s’habiller (surtout la nouvelle génération), notre goût pour l’aménagement intérieur, …

Au final on se s’y retrouve plus !

Messieurs c’est un appel au secours, pour nous et pour la pérennité de l’espèce humaine, reprenaient les barres et la barre fixe et bien raide. Nous avons besoin de vous, vous êtes notre équilibre tout comme nous sommes la vôtre. Réaffirmé vous en tant que tel, notre inverse. Sans toute fois retomber à nouveau dans l’extrême. Vous êtes capable de sensibilité, d’amour, de tendresse mais point trop n’en faut. Vous êtes des mâles, bon sang !!!

Oui, oui, B. Cantat n’est pas forcément le bon exemple de mâle (quoique …), mais j’aime ce qu’il fait artistiquement et j’achèterais son nouvel album !